samedi 11 septembre 2021
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Ariane Chemin

Cette pute d’Ariane Chemin (il y a d’autres mots qui lui iraient mieux, mais celui-là a fait ses preuves), dès qu’elle a appris que le pauvre Gabriel Matzneff, croyant surnager dans le sillage de la baleine Nabe dans les eaux de l’anti-édition, allait s’autopublier (avec l’aide bien sûr de bons copains, avocats et autres) un livre d’explications, nul évidemment, intitulé bêtement Vanessavirus, n’a rien trouvé de mieux que d’associer dans un tweet stupide Marc-Édouard Nabe à Matzneff, et en confondant le compte d’auteur et l’autoédition, seul moyen d’après Ariane de permettre à des auteurs pareils « d’éditer des livres ignobles ». Sic ! Elle le fait exprès ou elle est conne au point de confondre les torchons sales du sperme moisi de Matzneff et les serviettes de luxe en éponge tissée d’or de Nabe ?
     Heureusement, quelques nabiens sur Twitter ont remis en place cette mauvaise journaliste, enquêtrice bidon, qui ne fait que recopier des infos de deuxième main. C’est le genre de journaliste qui « a entendu dire »… Mais c’est pas ça, le journalisme ! En tant que donzelle usée et chuintante de romantisme à la con, Ariane Chemin est fascinée évidemment par Romain Gary et le professeur Raoult, ce qui en dit long sur sa propension à tomber dans les panneaux des imposteurs. On plaint les hommes de sa vie qui ont dû souffrir de ne pas l’avoir fait assez souffrir.
     Même le journal suisse Le Temps a pu lui en remontrer sur son métier puisque dans un article sur Matzneff et son misérable système de crowdfunding, il signale la différence entre les deux auteurs maudits : « Au contraire de Matzneff, Nabe avait rejeté tout le système de l’édition en vrac, considérant que le secteur du livre se résumait à des escrocs et des parasites »… Merci, les Suisses !