samedi 11 septembre 2021
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Causeur
Gabriel Robin chapôté par Élisabeth Levy

Rien à voir avec Pierre Robin, personnage plus à droite encore mais beaucoup plus adorable (voir Les Porcs 1 et 2)… Il est bien gentil, le Gabriel Robin, d’ouvrir le bal critique sur Les Porcs 2 et dans Causeur alors qu’il sévit plutôt, et en bonne place, dans L’Incorrect. Pourquoi ce changement de support ? On le comprendra dans l’article suivant… Il est pas mal, dis-je, ce Robin, d’avoir marqué le coup ainsi, mais il est encore soumis aux lois du journalisme, il s’est laissé rajouter un chapô par la rédaction de Causeur, autrement dit par Élisabeth Levy – elle boit, elle fume, elle gueule, et elle cause – qui, c’était plus fort de café qu’elle, ne pouvait pas laisser passer une sorte d’éloge de Nabe dans son torchon. La question posée dans le chapô, « Le style et les qualités littéraires autorisent-ils à être complaisant avec l’antisémitisme ou le terrorisme ?», Gabriel Robin y répond « oui », bien sûr, dans son article même, mais ça ne mange pas de pain pas perdu pour tout le monde de se désolidariser de son propre journaliste. On notera également l’euphémisme dans la formulation « être complaisant avec l’antisémitisme ou le terrorisme », ce qui veut dire en clair :  être le plus grand antijuif du monde et faire l’apologie frénétique du terrorisme islamique le plus aveugle !
     Cela dit, Robin a fait le boulot, même s’il tombe dans bien des clichés :
     1/ Nabe n’est pas un « graphomane ».
     2/ Les Porcs ne sont pas des journaux intimes.
     3/ On s’en fout un peu de l’avis personnel de Monsieur Robin au sujet du complotisme que Nabe a justement vidé dans ces 2000 pages.
     Bravo quand même à Gabriel Robin de sortir des références 19èmistes de la smala obscurantiste des extrémistes de droite en prenant acte du monde artistique de Nabe : Thelonious Monk et Anthony Braxton, grâce à ce Robin-là, sont cités dans Causeur !