samedi 11 septembre 2021
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Les plagiaires non-reconnaissants :
10) Simon Collin

Pour qui il se prend celui-là ? Pour un vingtenaire déjà adipeux, alcoolo et ultramondain, un peu beaucoup pédé, cramoisi d’UV, qui attire les vieux peoples sur le déclin dans l’appart’ de Saint-Germain de ses parents avec des demi-putes étudiantes et des puceaux insignifiants ? Oui, c’est exactement ce qu’est Simon Collin !

Ah, c’est pas demain qu’il prendra Nabe dans ses filets de petit pécheur… Fréquenter quelques nabiens lui suffira. De toute façon, papa Jean-Paul Enthoven et maman Roland Jaccard ont bien dû lui faire la leçon de ne surtout pas approcher celui qu’on appelle « Marc-Hardeur Nabe » depuis Patience 4, magazine que monsieur Collin préférerait qu’on lui prête plutôt que d’avoir à débourser 120 balles tirés de la cagnotte de ses vieux bourges pour le posséder…
     Tout ça n’autorise pas Collin à plagier le fameux panneau d’Aix-en-Provence que Nabe avait réalisé à l’encre rouge et noire en juillet 2013 pour booster les Provençaux snobs récalcitrants à venir visiter son exposition « Portraits ». Qui donc a bien pu lui retrouver le petit clip magnifique de 3 minutes tourné par Constant Candelara où on voit MEN, en compagnie de Leïla, en train de confectionner au sol les deux panneaux géants qui ont fait scandale dans toute la ville, du Cours Mirabeau jusqu’au Musée Granet, et qu’un de ces jours un amateur de vrai art contemporain va se décider à acquérir (15 000 euros pièces) ? Réel mystère.
     Tout Paris se fout de ta gueule, Collin ! Nabe a déjà fait le coup du panneau par terre écrit en rouge et tu croyais que tout le monde ne le savait pas !