mardi 1 mars 2022
Anciens numéros
Actualités brûlantes et nouvelles fraîches de Marc-Édouard Nabe

Picasso devant les pisseuses
par Vie Sublime

Re-Ciao, Lucchesi ! 

Nous sommes au regret d’éjecter de Nabe’s News Alexis Lucchesi aka « Vie Sublime ». Au début, ça allait, et Marc-Édouard Nabe, passant l’éponge sur ses turpitudes passées (« Anton Ljuvjine », etc), l’a accueilli avec joie et surtout générosité. Mais, de textes moins bons en textes moins bons, Lucchesi a pris la confiance jusqu’à se la jouer solo. Dans NN, tous les articles et illustrations sont initiés et revus par MEN mais dans le sens d’une dynamique collective et offensive contre le Mensonge contemporain. On est plusieurs ici et personne — pas même le chef — ne songe à vouloir s’attribuer la plus grosse part du gâteau. Or, « Vie Sub’ » ne pense qu’à sa gueule. De son propre aveu, sa technique c’est de faire d’abord « monter la sauce » sur Twitter auprès de ses fans (autant dire ceux de MEN) avant publication puis, une fois Nabe’s News sorti, se servir de ce même Twitter pour vanter lui-même ses mérites en occultant tout le reste de la gazette ! Ce qu’il cherche (toujours de son propre aveu), c’est à « faire du chiffre » (clics et followers). Ça ne l’intéresse pas de faire partie de la rédaction d’une revue littéraire et politique ; ce qui l’intéresse, c’est qu’elle lui publie ses textes, point.
     S’il avait été malin et plein d’amour, Lucchesi aurait, sur son compte, commencé par tweeter des coms sur la formidable traduction de Matthieu Gouet, ou sur la recension précieuse par Paul HRS des critiques des Porcs 2, ou sur l’impressionnant Index de ces mêmes Porcs 2 établi par le « docteur Marty », et sur son article sur di Nota, ou alors sur les textes forts de Jules sur Nabe et sur Paty, ou encore sur la liste des collabos de Taddeï, etc, etc, bref, sur tout ce que recèle comme merveilles ce Nabe’s News du 1er mars 2022… Ses admirateurs seraient venus d’eux-mêmes à son texte sur Picasso. Au lieu de ça, « Vie Sublime » a choisi, malgré les bons conseils de son cher directeur, de foncer dans une auto-propagande éhontée d’égoïste et d’arriviste… Et quand, pour aller dans le sens de sa logique, nous avons supprimé pendant 24 heures tous les autres articles du numéro sauf le sien, et qu’il s’est retrouvé tout seul comme un con, il n’a rien fait et a continué de se taire. Ainsi, Lucchesi s’est trahi…
     Nabe’s News n’a pas la vocation d’être le tremplin des Lucien de Rubempré du nabisme 2.0 ! Car Lucchesi reste et restera un « nabien », et des plus laborieux : six mois pour pondre un texte inspiré par l’interview de Nabe sur le professeur Raoult paru dans Valeurs actuelles ; trois autres pour un sur le néo-féminisme (inspiré par l’édito de Patience 4) et Picasso, à la peinture duquel, au fond, il ne comprend rien (pas plus qu’aux femmes, soi-disant le grand sujet de ce jeune misogyne version toutou).
     Alexis travaille par fiches et absorption. Il prend des notes sur ce que Nabe lui dit et va fouiller ensuite dans ses références. Ce n’est pas comme ça qu’on devient soi. Et surtout il ne sait rien faire seul. Pour ce même texte sur Picasso, il a fallu que MEN lui remette d’aplomb ce qui, la veille encore de la sortie de ce numéro 31, n’était qu’un brouillon mal foutu. Quant aux « infos » sur la vie de « Pablo », Lucchesi a dépêché le « Docteur Marty », qu’il a pris pour son assistant, pour l’envoyer chercher de la doc dans les courants d’airs des bibliothèques de Strasbourg jusqu’à ce que Marty attrape une laryngite carabinée ! Lucchesi croit tout savoir mais il ne sait rien par lui-même. Il n’a aucun sens du jazz, du cinéma, de la peinture, du journalisme, de la politique et il est incapable de résumer un roman.
     Bourrin comme un Rital et prétentieux comme un Français ! Il faut que sa tête dégonfle un peu… « Vie Sublime » trouvera bien une tasse de thé (ce n’est plus la nôtre) pour tremper ses tartines trop beurrées. Ce ne sont pas les supports qui manquent ! On lui suggère « Tinbad » de Guillaume Basquin… Ou alors, qu’il crée donc son Lucchesi’s News ! Il va voir comme c’est facile. Et surtout, qu’il emporte bien avec lui sa poignée de twittos indélicats, ingrats et fainéants —  Constant Candelara, Grégory Briens, Constantino Serra, « Visio Nostra », Frédéric Capron, Georges Gabet, « Undeniable art », Youri Mikhaïl Hanne et autres Nicole Mercadier — qui osent s’extasier sur un épigone doué alors qu’ils ont l’original sous leurs yeux de veaux !
     Re-Ciao, Lucchesi !